Oscillation verticale

Keith Bateman et Heidi Jones

Contrairement à la marche, la course à pied comporte une phase de vol, ce qui signifie qu’à un moment donné du cycle de course, les deux pieds ne touchent plus le sol et que vous vous déplacez dans les airs. La clé d’une technique de course efficace consiste à maximiser la phase de vol tout en quittant le sol avec un effort minimal. Vous avez peut-être vu des photos de coureurs de haut niveau semblant suspendus dans les airs – c’est un exemple de leur impressionnante phase de vol. Si vous voulez réaliser un vol efficace comme un coureur d’élite, il n’est pas utile, et probablement préjudiciable, de réduire délibérément votre oscillation verticale.

Mauvaise oscillation verticale

Une mauvaise technique de course produira trop de “mauvaises” oscillations verticales qui gaspillent de l’énergie. Si vous faites une foulée excessive, c’est-à-dire si votre pied atterrit trop loin devant vous, vous vous affaisserez en position semi-squat à l’atterrissage, avec les hanches plus basses que le sol. Afin de récupérer la vitesse perdue suite à un mauvais atterrissage, vous serez obligé de pousser vers le haut et vers l’avant. Votre point bas après l’atterrissage, combiné à cette poussée vers le haut, entraîne une oscillation verticale plus importante que nécessaire et une grande quantité d’énergie gaspillée qui n’aurait pas été nécessaire sans la foulée excessive.

Bonne oscillation verticale

Si vous courez avec une bonne forme, votre corps entier montera et descendra, mais d’une manière qui semble presque sans effort. Cela est dû au fait que votre atterrissage équilibré, aligné presque verticalement, utilise l’élasticité de votre corps pour générer une grande partie de la portance – sans avoir besoin de pousser vers le haut et de sortir de la position d’atterrissage semi-squat du coureur à pied.

Si vous vous concentrez sur un atterrissage équilibré plutôt que d’essayer de contrôler votre oscillation verticale, vous atteindrez naturellement la hauteur optimale du sol correspondant à votre niveau de compétence et de forme physique actuel. Tout ce que vous devez faire, c’est apprendre à atterrir en étant presque aligné verticalement et le reste suivra inconsciemment, s’ajustant automatiquement au fur et à mesure que vous vous renforcerez et deviendrez plus habile.

Avertissement d’erreur

Certaines personnes préconisent de maintenir les hanches à la même hauteur par rapport au sol pendant toutes les phases de la course (oscillation verticale nulle). Cependant, essayer d’atteindre l’oscillation verticale zéro n’est pas seulement un gaspillage d’efforts mentaux et physiques pour une tâche impossible, c’est également préjudiciable à une bonne technique de course car cela vous amènera à essayer d’empêcher vos hanches de monter ou de descendre en soulevant et en mettant votre pied devant vous ; en d’autres termes, en faisant une foulée excessive. Par conséquent, essayer d’atteindre l’impossible oscillation verticale zéro créera une action de marche et doit donc être évité. Les bons coureurs volent !

Autres mythes sur la course à pied