« La chute en avant »

Traduit de l’anglais par Laurence Laveausite web en français

Keith Bateman et Heidi Jones

On recommande à certaines personnes de rechercher une impression de chute en avant en permanence lorsqu’elles courent ; on maintient aussi que la gravité fournit une partie du mouvement vers l’avant de la course. Ce conseil provient probablement d’un désir de corriger la faute courante qu’est l’atterrissage en déséquilibre et penché en arrière, qui provoque un freinage inutile ; on raisonne donc qu’en se penchant plus vers l’avant on réduira l’effet de freinage. Si vous avez essayé ceci et ressenti une sensation de chute qui vous propulse vers l’avant, il s’agit simplement d’une fausse impression due au fait que vous ne vous penchez pas en arrière et ne freinez donc pas autant qu’avant. Malheureusement, la sensation de propulsion n’est qu’une illusion.

Dire que la gravité vous tire d’une manière ou d’une autre vers l’avant est contredire les lois newtoniennes du mouvement. La gravité exerce une force vers le bas (ou, plus exactement, vers le centre de la Terre). Cela signifie que, lorsque vous tombez, votre centre de masse est tiré vers le bas, vers le sol. Pas en avant, ni en arrière, seulement vers le bas.

On observe qu’un satellite en orbite chute constamment vers la Terre, mais son élan le fait s’éloigner en même temps de la Terre au même rythme que sa chute, ce qui signifie qu’il n’atteint jamais le sol.

Alors pourquoi, si la gravité vous tire vers le bas, ne peut-elle pas aussi vous tirer vers l’avant ? Imaginez que vous vous tenez debout sur des patins à glace et que vous tombez en avant en gardant le corps raide comme une planche ; le haut du corps tombe en avant, mais le bas glisse en arrière en perdant prise. Si vous n’avez jamais fait de patinage sur glace, vous avez peut-être connu la situation inverse. Vous avez peut-être glissé sur le sol mouillé d’une salle de bains et vos pieds se sont projetés en avant tandis que le haut de votre corps tombait en arrière et vous avez atterri assis par terre. Malgré la sensation de chute en arrière, vous n’étiez pas propulsé en arrière, car vos pieds, eux, avançaient. Autrement dit, votre centre de gravité s’est simplement abaissé sans que votre corps ne se déplace vers l’avant ou l’arrière.

Si vos pieds glissent et que le poids du haut de votre corps se déplace vers l’avant, alors celui du bas de votre corps doit nécessairement se déplacer vers l’arrière pour compenser. Si vous portiez des chaussures antidérapantes au lieu de patins à glace dans l’exemple ci-dessus, votre centre de gravité se déplacerait effectivement vers l’avant, mais dans cette situation, vos jambes et vos pieds vous exerceraient une poussée contre le sol. Et bien sûr, vous ne seriez pas en mesure de continuer à courir !

Ainsi, la sensation que l’on peut avoir d’être propulsé vers l’avant par la gravité lorsque l’on court est trompeuse. Les lois de la physique stipulent que la gravité ne tire pas notre centre de masse vers l’avant et ne génère donc aucune propulsion vers l’avant, seulement vers le bas.

Si vous avez l’impression de tomber en avant et que vous n’êtes pas en train d’accélérer, de tomber, de courir contre un vent puissant ou en descente, sachez que vous êtes simplement penché en avant et que la moitié inférieure de votre corps soutient votre tête et votre torse, ou agit comme contrepoids.

Vous devez être soit :
• plié à la taille et soutenant la tête et le torse au moyen d’une foulée excessive (atterrissage du pied trop loin devant vous) ou
• en train de donner des coups de pied en arrière afin de faire contrepoids à votre torse qui est trop en avant.
Ni l’une, ni l’autre de ces situations ne constitue un bon style de course.

Autres mythes sur la course à pied