Des petits pas rapides

Keith Bateman et Heidi Jones

Si vous vous êtes blessé à cause d’une foulée excessive, un ami, une publication, voire un professionnel de la santé, vous a peut-être conseillé de réduire votre foulée en faisant des pas plus courts et plus rapides.

Cela semble logique à première vue. Si vous raccourcissez vos pas, vous pouvez conserver la même vitesse, voire l’augmenter, en remplaçant la longue foulée par des pas plus courts mais plus nombreux. Mais ce raisonnement repose sur une incompréhension fondamentale de l’action de courir en la confondant avec l’action de marcher.

La discussion qui suit repose sur un fait important, mais contre-intuitif : la longueur de la foulée et la foulée excessive ne sont pas liées comme le pensent la plupart des gens, car il est possible d’augmenter la longueur de la foulée et de diminuer la foulée excessive en même temps.

Pour comprendre cela, vous devez savoir que l’enjambement n’est pas seulement une question d’acuité de l’angle entre vos jambes à l’atterrissage, mais aussi de l’endroit où vos pieds atterrissent par rapport au reste de votre corps.

La mauvaise façon de réduire votre foulée

Si vous envisagez de raccourcir votre foulée pour réduire une foulée excessive, considérez les points suivants :

  • Cela ne s’applique qu’à la marche.
    Lorsque vous marchez, faire des pas plus longs est le seul moyen d’augmenter la longueur de votre foulée car un pied est toujours au sol. En revanche, lorsque vous courez, il y a une phase d’envol et vous vous déplacez dans les airs avec les deux pieds décollés du sol. La force du coureur et la qualité de sa technique influent sur le temps qu’il passe dans les airs et sur la distance qu’il parcourt pendant cette phase, d’où la longueur de ses foulées.
  • Les meilleurs coureurs ont à la fois une cadence plus élevée et une foulée plus longue.
    Il n’est pas nécessaire d’échanger la longueur de la foulée contre la cadence. Les coureurs qui s’améliorent sont capables d’augmenter à la fois leur cadence et la longueur de leurs foulées parce qu’ils diminuent leur temps au sol en freinant moins et en obtenant un rebond élastique qui leur donne une longueur de foulée plus longue en volant. Ceci est en contradiction avec l’idée de faire des foulées plus courtes.
  • Vous conserverez votre foulée excessive.
    Ce n’est pas parce que votre cadence est augmentée et que la longueur de vos foulées est réduite que vous ne ferez plus de foulées excessives du tout. Cela signifie simplement que vous ferez des foulées plus courtes et plus nombreuses.
  • Vous serez inefficace.
    Plus de pas signifie moins de temps pour que les deux pieds quittent le sol, et donc une phase de vol réduite. Plus de pas signifie aussi plus de temps en contact avec le sol, donc plus de friction et de gaspillage d’énergie. Ces deux éléments se traduisent par une course plus lente.

Prenons l’exemple typique d’un coureur lent et débutant qui fait une foulée excessive :

Imaginez que le coureur se déplace à une vitesse de 6 minutes par kilomètre et que sa cadence est de 165 pas par minute. La longueur de sa foulée est donc de 1,01 mètre (165 pas x 1,01m x 6 min = 1000m).

Demandons-leur maintenant de courir à la même vitesse mais de faire 180 pas par minute.

Leur longueur de foulée est maintenant de 0,926 m (180 pas x 0,926 m x 6 minutes = 1000 m).

À moins que ce coureur n’ait soudainement appris à courir sans faire de foulées excessives (ce qui est l’objet de notre livre), pour aller plus vite, tout en gardant la même longueur de foulée, il doit augmenter encore plus sa cadence.

Par conséquent, pour courir à une vitesse de 5 minutes par kilomètre, ils doivent augmenter leur cadence à 216 pas par minute (216 pas x 0,926m x 5 mins = 1000m). Cette cadence est extrêmement difficile, voire impossible à maintenir, et n’impliquera pas une véritable action de course. Il n’y aura pratiquement pas de phase de vol, ils seront enclins à trébucher sur des objets bas, et ils auront probablement mal aussi. Il s’agit d’une façon très inefficace de courir, qui se traduira par des performances insuffisantes.

Si des pas plus rapides et plus courts vous ont été suggérés comme solution à la foulée excessive, ignorez-les. Si vous cherchez un moyen rapide de réduire votre foulée excessive, pensez à changer de chaussures. En choisissant une chaussure avec une semelle plus fine et un ” drop ” réduit, vous pouvez apporter des changements rapides et positifs à votre technique de course, ce qui vous aidera à réduire votre foulée excessive et vous permettra d’atterrir dans un angle moins aigu, avec plus de souplesse dans les jambes. Bien que cela puisse contribuer à réduire les effets néfastes de votre technique actuelle tout en vous donnant une chance de changer de technique, ce n’est pas la solution complète. La solution permanente pour corriger une foulée excessive est la suivante :

La bonne façon de réduire votre foulée excessive

Il est important de répéter que l’enjambement n’est pas uniquement lié à l’ampleur du “pas” ou à l’augmentation de l’angle entre les jambes à la réception. Il s’agit de l’endroit où vos pieds atterrissent par rapport au reste de votre corps.

Une bien meilleure option, et l’objet de notre livre, est de réduire votre foulée excessive en changeant votre façon de courir, plutôt que de renforcer une action incorrecte en la faisant plus souvent.

Réduire une foulée excessive signifie apprendre à atterrir le plus près possible de vos hanches et utiliser votre corps aligné presque verticalement pour décoller du sol grâce à l’élasticité considérable de vos muscles, tendons et ligaments. Cela signifie également que votre cadence variera en fonction de votre vitesse, de votre accélération et de votre force, mais qu’elle sera toujours correcte.

Améliorez votre technique pour réduire votre foulée excessive tout en augmentant votre temps de vol et donc votre longueur de foulée – et devenez beaucoup plus rapide.

Autres mythes sur la course à pied